www.rennes-le-chateau-la-revelation.com

rennes le chateau, la revelation
rennes le chateau, la revelation

©© P.Silvain, www.rennes-le-chateau-la-revelation.com jeudi 12 octobre 2000

LE SECRET DES 2 N

 Il existe un secret des 2 N distinct de celui des N inversés.

- Le premier texte faisant allusion aux 2 N (frère N.N) est le premier manifeste R + C paru en 1614, appelé la « FAMA FRATERNITATIS » qui dévoile la redécouverte du tombeau de Christian Rosenkreutz par les Rose-Croix dans leur lieu sacré, et son déplacement à peu de distance, « à l’abri de la perversité des hommes, à l’ombre de tes ailes Jehova. »

- La deuxième allusion aux 2 N est constituée selon nous des signatures du peintre SIGNOL, auteur de quatre tableaux exposés à l’église Saint Sulpice à Paris.
Le N du nom de Signol est droit sur le tableau représentant la crucifixion.
Le N du nom de Signol est inversé sur le tableau représentant l’arrestation de Jésus.
Cette anomalie décrit par P. Plantard et citée par J.L. Chaumeil ferait allusion selon nous, au distingo à faire entre le crucifié et le Christ arrêté, qui seraient deux personnages distincts (lire Jésus-Christ Bar-Aba, livres I et II), le Christ (Jésus Bar-Aba) se proclamant à l’opposé de celui qui fut crucifié à sa place.
                       « Je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée. » Matthieu 10(34).
Ainsi le crucifié serait le  « Mort » désigné ainsi par Julien l’Apostat en +362, tandis que  « Epée » désignerait Jésus Barabbas, le véritable Christ.
On retrouve ces deux désignations  « Mort Epée » constituées des lettres anormales, dans la clef de lecture de l’épitaphe de Dame Marie de Nègre d’Ables.

 En vérité, le secret des 2 N est ailleurs...

 

(c) 2000-2016 P.Silvain - Réalisation et Gestion sur site Studio Web