www.rennes-le-chateau-la-revelation.com

rennes le chateau, la revelation
rennes le chateau, la revelation

©© P.Silvain, www.rennes-le-chateau-la-revelation.com samedi 16 septembre 2000

« LE TRIANGLE D’OR » : LE SECRET

La trame du roman est la recherche d’un trésor caché dans un endroit insoupçonnable, mais très accessible ; la « Queste » est celle de sa localisation.

 

On y parle le langage des initiés (p. 672 et 711) :
- Templiers :
« Enfin, une dame apparut au seuil du vestibule, une infirmière vêtue d’un grand manteau bleu que marquait la croix rouge ».
- Francs-Maçons :
« Le vent que heurtait sa course rapide gonflait le long voile bleu qui flottait autour de ses épaules ».

« Ecoute, réfléchis, raisonne, déduis et conclus ».

Il est question (p. 742) d’une serre,... avec des arcades régulières, près d’un vieux pavillon ; Patrice et Coralie y découvrent une pierre tombale avec une vieille inscription « En lettres d’or usées et salies par la pluie ».
Cela est plus qu’une allusion, à Mgr PAVILLON, ancien évêque d’Aleth, près du village de Serres, et à la pierre tombale des Bergers d’Arcadie, contenant la mystérieuse inscription.

Ce mystérieux tombeau est lié à la résurrection : car Patrice* et Coralie, emmurés vivants, seront sauvés in extremis de l’asphyxie par Lupin :
- page 763 :
« Nous sommes murés dans ce tombeau, enterrés vivants et condamnés au supplice sans pouvoir nous défendre... ».
- page 776 :
« Alors, et seulement alors, Patrice se rendit compte nettement que Coralie et lui avaient échappé à la mort, qu’ils étaient bien vivants tous deux, et que leur Sauveur, ce devait être cet homme dont le sommeil indiquait un état de sécurité absolue et de conscience satisfaite ».

COMMENT ACCEDER A CE TRESOR ?

1° -C’est un secret situé dans le RAZES(p.694) : (RASESSE est l’anagramme d’ESSARES)
« Ah ! mon vieil ESSARES, tu refuses de livrer ton secret ! ».

2° - Un secret dont la nature est connue (p. 701) :
« Voyons, ESSARES, pourquoi veux-tu que nous transigions ? Ton secret, nous le connaissons presque entièrement... ».

 3° - Un secret dont on ignore l’emplacement (p. 702) :
« - Vous savez en quoi il consiste, mais vous ignorez les moyens de vous en servir. Vous ignorez, si l’on peut dire, l’emplacement de ce secret. Tout est là. »

 

* Patrice doit se lire en cabale phonétique « Patre-IS », c’est à dire le Berger Jésus...

4° - Un secret contenu dans la tombe de Marie de NEGRE D’ABLES :
Dans le roman, il est détenu par un nègre, muet comme une tombe :
- page 675 :
« Ya-Bon, une sorte de colosse, couleur de charbon luisant, avec des cheveux crépus et quelques poils frisés au menton...
... En outre, Ya-Bon avait perdu l’usage de la parole ».
- Page 806 :
« Mais en tout cas, ce qui devient une certitude, c’est que Ya-Bon connaît la cachette où les sacs d’or se sont accumulés... ».
- Page 807 :
« Il a tracé ces deux lignes droites qui, avec la ligne du mur, soulignée par lui, d’ailleurs, forment un triangle. Le triangle d’or. »

 5° - Comment localiser ce triangle ? (page 788).
« - Et le triangle d’or ? Encore un mystère ? Car enfin, dans tout cela, pas de trace d’un triangle ! Ou est-il le triangle d’or ? Avez-vous une idée à ce propos ? »

  - Près d’Aleth-les-Bains :
Le Secret est tout entier caché dans le titre du roman. Un triangle ne s’écrit-il pas D, et ne se prononce-t-il pas DALETH en hébreu, ainsi que P. FERTE en a eu la géniale intuition p. 88 ?

DALETH se lit D’ALETH

 7° - Par le secret d’ALCOR :
Dans le roman, il s’agit du coffre du banquier ESSARES dont le code est CORA, premières lettres du mot CORAN, la clef étant « N ». (Et non pas comme on le croyait, de Coralie, prénom de sa femme).
Page 703 :
« Ces quatre là se tournent vers la droite, par crans successifs, et suivant un mot, qui est le chiffre de la serrure, le mot CORA. »
Dans la réalité, CORALIE détient la clef du secret ; coralie, en cabale phonétique se prononce comme CORA  LIS, ce qui indique qu’il faut anagrammer CORAL pour aller jusqu’à IS.

CORAL -- CAROL -- CRAOL -- ALCOR -- CALOR.

Dans « LA COMTESSE DE CAGLIOSTRO », LUPIN découvre le secret d’Alcor :

A.L.C.O.R

« Ad  Lapidem  Currebat  Olim  Regina »
« Vers la pierre courait autrefois la Reine ».

 Le secret de Calor est celui de la Pierre Philosophale, découvert par P. SILVAIN :
C’est aussi celui de la quatrième énigme du mage CAGLIOSTRO.
C.A.L.O.R.
Currebat  Ad  Lapidem  Olim  Rhedae
Courez vers la pierre de la Rennes d’autrefois.

*Rhedae est l’ancien nom de Rennes (Reine en cabale phonétique).

 

8° - La vraie clef est le nombre d’or, l’ « N » page 703 :
« ... Il n’y a pas de clef (instrument). La cinquième lettre du mot, l’N, est la lettre de la rosace centrale. »

9° - Le trésor est caché dans un tas de sable  (page  843) :
LUPIN, alias Don Louis PERENNA (anagramme de Lupin) livre à la France un trésor de trois cents millions d’or caché dans un tas de sable exposé sur un quai de la Seine :
« ... Non seulement sans que ceux qui cherchaient l’or aient pu le découvrir là-dessous, mais sans même que le hasard ait pu en révéler la présence à personne. Pensez donc, un tas de sable ! On cherche dans une cave, on se met en quête de tout ce qui peut former une grotte, une caverne, de tout ce qui est trou, excavation, puits, égoût, souterrain. Mais un tas de sable ! Qui aurait jamais l’idée d’ouvrir une petite fenêtre là-dedans pour voir ce qui s’y passe ? Les chiens s’arrêtent au bord, les enfants jouent et font des pâtés, quelque cheminot s’étend et sommeille. La pluie l’amollit, le soleil le durcit, la neige l’habille de blanc, mais cela se produit à la surface, dans la partie qui se voit. A l’intérieur, c’est le mystère impénétrable. A l’intérieur, ce sont les ténèbres inexplorables. Il n’y a pas de cachette au monde qui vaille l’intérieur d’un tas de sable exposé dans un endroit public»

 10° - Près de Rennes :

Sable = arena en latin, d’où vient le mot « arène » et qui se prononce : « à Rennes ».

 

 

RESUME

Il faut se rendre dans le RAZES (§ 1), près de Rennes (§10), à Aleth (§ 6) ; le secret d’Alcor (§ 7) indique qu’il faut commencer les recherches, en partant du menhir d’Aleth (la pierre d’autrefois), à partir duquel il faut mesurer le nombre d’or « N » (§ 8).
Cela mène à la mine, où il faut rechercher une entrée dissimulée sous un tas de sable (§ 9).
Il est signalé que la Tombe de Marie de Nègre contient le secret (§ 4).

 


 

(c) 2000-2016 P.Silvain - Réalisation et Gestion sur site Studio Web