www.rennes-le-chateau-la-revelation.com

rennes le chateau, la revelation
rennes le chateau, la revelation

©© P.Silvain, www.rennes-le-chateau-la-revelation.com lundi 18 septembre 2000

LE  LIVRE  D’ABRAHAM  LE  JUIF
(LIVRE VI, p.27)

 

Georges GIRARD, Jean CONTRUCCI et de nombreux chercheurs, se posent la question de savoir si Emma Calvé avait entendu parler du livre d’Abraham le Juif avant d’acheter Cabrières en octobre 1894, et si cela a pu l’influencer dans sa décision.

 Il est extrêmement troublant de constater que le « Livre de Cabrières » ne fait jamais allusion à la présence éventuelle de cette merveille constituée de feuillets de Papyrus selon Georges GIRARD, mais cette occultation délibérée pourrait être une façon détournée d’attirer l’attention dessus...

Les travaux gigantesques entrepris par Emma Calvé pour restaurer Cabrières, obligatoirement précédés de démolitions, n’ont pu que servir d’alibi et dissimuler des fouilles discrètes.

A-t-elle trouvé « l’Asch Mezareph » (« Parole même d’Hermès ») hôte certifié de Cabrières :
Selon Pierre BOREL (1655), (Conseiller et médecin ordinaire du Roi) qui le cite aux pages 160 et 161, tome 2 (Paris 1655) dans son livre intitulé « TRESOR DE RECHERCHES ET ANTIQUITES GAULOISES ET FRANCOISES » ?

 Selon Georges GIRARD p. 194, ce livre serait, dit-on :
« Celui qu’un ange aurait présenté en songe à l’alchimiste Nicolas FLAMEL, et qu’un vieil homme serait venu lui proposer d’acheter peu de temps après. »

Selon Jean CONTRUCCI p. 209 :
« Nicolas FLAMEL qui l’aurait possédé aurait dit être parvenu grâce à lui « au Grand Oeuvre », c’est  à dire découvert le secret de la « Pierre Philosophale. »

Selon Nicolas FLAMEL* ce livre était :
« doré fort vieux et beaucoup large... fait de deliées escorces... il contenait trois fois 7 feuillets... Sa couverture estoit de cuivre bien delié, toute gravée de lettres ou figures étranges... »

  

En réalité, le célèbre Nicolas FLAMEL n’a jamais existé ; il s’agit de Jean FLAMEL, secrétaire de Jehan d’ARRAS, auteur de « L’HISTOIRE  DE MELUSINE »,  à la demande, ainsi que le rapporte Patrick Ferté p.434, « du duc Jean de Berry pour sa soeur Marie, précisément duchesse de Bar... épouse de Robert 1er duc de Bar et suzerain de Stenay. »

En effet, la « Pierre Philosophale » n’était autre que le « Graal » caché dans la caverne d’Arques (nous en possédons la preuve), tandis que l’affirmation de  FLAMEL « N » (et non pas Nicolas) n’est qu’un alibi. 

 

* Nigel WILKINS (p.92)

 


 

(c) 2000-2016 P.Silvain - Réalisation et Gestion sur site Studio Web