www.rennes-le-chateau-la-revelation.com

rennes le chateau, la revelation
rennes le chateau, la revelation

©Ulpian dimanche 21 juin 2004

 

 

LE  SECRET DU  « S »  INVERSE

 

 

      Dans un dossier intitulé  « Le monogramme IHS et les lettres inversées » paru dans la rubrique  RECHERCHES du site http://www.renneslechateau.com/francais/inri8.htm , Monsieur Tony BONTEMPI répertorie l’existence dans plusieurs cimetières, de croix de même facture (métallique) présentant un  S  inversé sur le monogramme I.H.S. dont la signification est :

 « Iesus Hominum Salvator », en latin, c'est-à-dire  « Jésus Sauveur des Hommes. »

Il fait très justement remarquer que le remplacement du  I  (Iesus) par un  J  (Jésus) semble avoir été motivé par le désir de faire apparaître le  S  inversé comme une inversion volontaire, (le  I  et le  H  ne laissant aucune trace d’une erreur d’inversion) dont la signification resterait à trouver.

Monogramme au  S inversé
(Cliché : BONTEMPI Tony / 1999)

 

Pour trouver la réponse à cette question, nous sommes partis de l’hypothèse, en rapport avec nos Révélations, selon laquelle la signification de cette inversion ne se trouve pas dans le graphisme du  S  mais  dans l’interprétation  du mot  « Sauveur »…

 En effet, selon la doctrine des Eglises chrétiennes, Jésus ne serait autre que Dieu incarné qui serait venu sauver l’Humanité et mourir en rédempteur pour en racheter les péchés.

 Selon ma lecture du Nouveau Testament et mes Révélations, Jésus ne serait qu’un prophète perçu par une partie des Juifs (les Nazoréens) comme le Messie libérateur et royal venant délivrer son peuple de l’oppression romaine et instaurer sur Terre le royaume de Dieu.

 Nous avons Révélé que le vrai Christ est Jésus Barabbas libéré par Pilate, qui à l’opposé de l’innocent qui lui a été substitué et qui est mort sur la croix, représente le parti des zélotes dont il est le chef, Sauveur par le glaive :

« Je ne suis pas venu apporter la paix mais l’épée.».

     C’est en partant de ces considérations, que le  M  couché qui apparaît dans l’église de Rennes-le-château, (et qui est nous l’avons vu, la clef de « l’escriture D.M.» de Nostradamus)  peut également se lire comme un Sigma ( Σ ) inversé, sigma étant l’initiale en grec du mot Sauveur, initiale que l’on retrouve dans le mot I.CH.T.U.S.(poisson) formé avec les initiales de:

« Iesùs Christòs Theòu Uiòs Sotér=Jésus Christ Fils de Dieu Sauveur »

 Sauveur   s’écrivant   Σωτηρ

 

Plan de l’église de Rennes-le-château

 

Si l’on relie entre elles quatre des cinq statues de l’allée centrale de l’église de Rennes-le-Château ( à l’exception de Ste Marie Madeleine) et le tableau de St Luc (derrière la chaire), cela forme un  M  majuscule couché , ou un  Σ (Sigma) inversé .
Autre particularité, les initiales des cinq Saints mises bout à bout (acrostiche) forment le mot G.R.A.A.L. (Graal)…confirmant la présence*  du tombeau du Christ dans le Razès...

 

Cette lecture, cette interprétation du mot Sauveur = Libérateur, qui font de Jésus un chef de guerre et non pas un apôtre de la Paix, est la plus usitée du dictionnaire :
« Sauveur » nom masculin et adjectif (du latin  salvator ) = Libérateur:

« Joseph, sauveur de l’Egypte  -  le Sauveur Jésus-Christ ».

C’est parce que le vrai Christ (Jésus Barabbas) est l’épée, fou de Dieu se prenant pour l’Ange exterminateur (premier cavalier de « Apocalypse »), que le prêtre Saunière célébrant devant l’autel, exprime sa désapprobation en tournant ostensiblement le dos au « haut relief » de l’église de Rennes-le-Château, sur lequel il a fait inscrire cette parole du Christ:

« Venez à moi, vous tous qui êtes accablés… » Matthieu 11(28).

Dans son admirable livre écrit dans la langue des oiseaux « LA VRAIE LANGUE CELTIQUE  et le Cromleck de Rennes-les-Bains » que je suis semble-t-il seul à avoir décodé, l’abbé Boudet, curé de RLB et mentor de l’abbé Saunière, insiste lourdement sur la signification phonétique du mot  IS (Iesus) traduction latine du mot Sauveur, qu’il faut entendre comme Libérateur (délivrer) et non pas Rédempteur…
- Page 63, dans son explication du nom Ismaël:
« Ismaël marque la fin des froissements produits entre  Saraï et Agar ; la servante a été délivrée des mauvais traitements par sa docilité à s’humilier sous la main de sa maîtresse -: to ease (ise) , délivrerto maule (mâule), froisser. »

- Page 66, dans son explication du nom Isaac:
« En examinant le terme Isaac dans sa composition celtique, on y découvre l’assurance infaillible de l’accomplissement des promesses divines, assurance qui doit délivrer Abraham de  tous les tourments d’esprit causés par la vue d’une impossibilité naturelle – to ease (ise) délivrer + to hag , tourmenter. »

- Page 70, dans ses explications du nom Moïse:
En celte:  «délivré des travaux des champs : to mow (mô) moissonner, faucher+ to ease (ise), délivrer»
En égyptien: « délivré des eaux : mo indique l’eau  et ise se traduit par délivré ».

 

 Ces précisions ne viennent que confirmer notre lecture de l’évangile selon Luc, qui est très explicite en son début:
« C’est  qu’aujourd’hui, dans la ville de David, il vous est né un Sauveur qui est le Christ, le Seigneur. » Luc 2(11).

Sauveur (Iesouah) dont le nom définit la Mission :
La prophétesse Anne «… parlait de Jésus à tous ceux qui attendaient la délivrance de Jérusalem. » Luc 2(38).

Et à la fin, lorsque Jésus vivant discute avec deux  «disciples » sur le chemin d’Emmaüs :
« Nous espérions que ce serait lui qui délivrerait Israël ; mais avec tout cela, voici le troisième jour que ces choses se sont passées. » Luc 24(21).

 Le début des « Actes des Apôtres » ne fait pas état non plus d’un Sauveur rédempteur mais libérateur :
«  Alors les apôtres réunis lui demandèrent : Seigneur, est-ce en ce temps que tu rétabliras le royaume d’Israël ? » Actes 1(6).

 

SUBSTITUTION DU  « I »  PAR UN  « J » :
Il va de soi que l’hypothèse émise par Tony Bontempi , et que nous avons rappelée au début de ce dossier est parfaitement valable, mais ce n’est pas la principale raison de la substitution qui est d’indiquer que Jésus a été substitué sur la croix, ainsi que nous l’avons démontré de nombreuses façons.(confer dossier Titulus crucis)…

 

 

(c) 2000-2016 P.Silvain - Réalisation et Gestion sur site Studio Web