www.rennes-le-chateau-la-revelation.com

rennes le chateau, la revelation
rennes le chateau, la revelation

©© P.Silvain, www.rennes-le-chateau-la-revelation.com lundi 22 octobre 2002

LES DEUX MESSIES
(Première partie ½)

         La Traduction Oecuménique de la Bible (T.O.B.) fruit de la lecture et de l'interprétation consensuelle de la Bible par les Eglises catholiques, protestantes et orthodoxes, rapporte dans Matthieu que Barabbas se prénommait Jésus :
« On avait alors un prisonnier fameux, qui s’appelait Jésus Barabbas. » Matthieu 27(16).

Jésus bar abba (" fils du père ") devenu Barabbas est le seul Jésus et le véritable Christ des évangiles , et il a reçu l'onction royale à Béthanie, car il est descendant de David. Pour ceux qui le suivent et qu'il appelle  "disciples", il est un patriote et un initié (Kryst en égyptien), tandis que  pour les Romains, il s'agit d'un brigand activement recherché.
L'évangile selon Luc décrit en son début la naissance puis la "manifestation"de deux Messies, en conformité avec l'attente des Esséniens :
- Un Messie de vertu qui a grandi chez les Esséniens ("dans le désert") et incarne un mouvement pacifiste, baptisant par l'eau.
- Un Messie violent et libérateur, Jésus bar abba qui baptise par le feu purificateur et désire établir par le glaive, le Royaume de Dieu: "Je n'apporte pas la paix mais l'épée." Luc 12(51).

Jésus, dit bar abba ( "fils caché" car contumax) et dont le nom est aussi dissimulé ("fils du père" terrestre) est célèbre et respecté des autres juifs, même si la majorité d'entre eux refuse un retour à l'ancienne royauté davidique. Par contre, il représente une menace militaire et politique pour les Romains, qu'il veut chasser d'Israël.

Jean-le-Baptiste représente lui, une menace pour les prêtres du Temple car la foule le suit, et que le baptême "unique" en rémission des péchés menace les revenus des prêtres qui vivent du commerce des sacrifices.
Après la mort du Baptiste, Simon dit "le magicien" qui lui succède, s'inscrit en "rival" de Jésus Bar-Aba. La mort de Simon est décidée par les prêtres, car les "miracles" qui lui sont attribués ne sont que de la magie punie de mort selon la (Torah).
"La magicienne, tu ne la laisseras pas vivre" Exode 22(18).

Jésus-Christ « Bar-Aba » fut arrêté (après une tentative de sédition qui a commencé au Temple) alors qu'il se trouvait à la tête d'une troupe armée, par la soldatesque romaine, puis amené à Pilate devant qui il reconnut être le   «  roi des Juifs ».
Le Talmud de Babylone  précise que « l'arrestation de Jésus » (Bar-Aba) eut lieu SIX semaines avant la Pâques (Pessah) et que Pilate le relâcha, ainsi que cela fut rajouté ultérieurement dans les évangiles...

Simon "le magicien" fut lui, arrêté par ruse (comme annoncé) et dans le Temple, par le service d'ordre du Temple avant d'être traduit devant le Sanhédrin (Assemblée des Prêtres) réuni spécialement pour le juger.
L'identité de ceux qui l'arrêtèrent fut censurée dans les évangiles ainsi qu'il est aisé de le constater, et remplacée par des pronoms indéfinis (ceux, ils, on), ainsi que les circonstances de l'arrestation pour créer une confusion avec l’arrestation de Jésus.
Cet évènement eu lieu la veille de Pâques, et Simon s'étonna de cette arrestation:
"J'étais tous les jours assis parmi vous, enseignant dans le Temple, et vous ne m'avez pas arrêté". Matthieu 26(55).

Jésus-Christ dit "Bar-Aba", roi terrestre des juifs (un roi qui n'a jamais régné) fut condamné officiellement à un supplice romain (crucifixion) pour fait de sédition, aggravé de brigandage (tête en haut).
L'écriteau suspendu au cou du crucifié (évangile selon Jean) désigne incontestablement Jésus Bar-Aba (Barabbas), Nazoréen et roi terrestre des juifs.

Simon "le magicien" (que nous pensons être le crucifié) a blasphémé devant le Sanhédrin en se proclamant  "à la droite de Dieu". Ayant  porté le «  patibulum » à la place de Jésus il a été nécessairement crucifié à sa place. C'est à la suite d'une erreur de traduction que le qualificatif de "rival"(pour paix contre épée) a été traduit comme étant de "Cyrène".

 DEUX PREUVES ATTESTENT DE LA SUBSTITUTION:
1°. Comment les deux larrons ou brigands pouvaient-ils donc savoir que celui qui est crucifié au milieu d'eux est innocent du crime dont il est accusé ? Parce que le motif de l'inculpation désigne leur chef Jésus Barabbas et non pas le crucifié :
"Pour nous, c'est justice, car nous recevons ce qu'ont mérité nos crimes; mais celui-ci n'a rien fait de mal." Luc 23(41).
2°. Pourquoi donc les prêtres protestent-ils auprès de Pilate en lui demandant de modifier l'écriteau suspendu au cou du crucifié ? Parce que I.N.R.I. désigne Jésus Bar-Aba, et que le crucifié n'est pas le roi des juifs !...
" Les principaux sacrificateurs des juifs dirent à Pilate: n'écris pas:-Roi des Juifs. Mais écris qu'il a dit: je suis le roi des Juifs-."

Jésus Barabbas (fils du père) véritable Christ , fut libéré et banni par Pilate qui fit croire à sa crucifixion. C’est pourquoi  on le retrouve avec sa famille (« Les saintes Maries ») établi dans le Razès , et que l’existence de son Tombeau gardé un temps par les « Templiers » et qui est la PREUVE du mensonge de la résurrection est le véritable motif de l’intérêt particulier et ininterrompu de l’Eglise de Rome  pour cette région…

(c) 2000-2016 P.Silvain - Réalisation et Gestion sur site Studio Web